Aller à…

la Marie-Javelle

Informations pour Chinon et le Chinonais

La Marie-Javelle est un site
d’informations locales, animé
par des Chinonais bénévoles
qui proposent à leurs concitoyens
un espace pour s’exprimer, diffuser
des informations et parler
de leurs activités et de leurs projets.

RSS Feed

29 mars 2020

Pastiche
Un inédit de Rabelais découvert à Chinon


Comment Jaluc, devenu éschevin, escogitat le moyen
de reconnaistre en sa ville les vrays Chinonais
de ceux qui ne l’estoient poinct

 

Des recherches dans un fonds d’archives privé ont récemment révélé l’existence d’un chapitre perdu du Cinquième Livre, dans lequel François Rabelais s’amuse des mésaventures de l’échevin Jaluc. Une découverte inestimable et un aperçu moqueur de la vie municipale à Chinon au XVIème siècle…

” Quelque jour, je ne sçay quand, ains en un temps poinct trop esloigné de la tenue du muniscipal suffrasge, Jaluc, s’esgourdissant après soupper avecques ses compaignons, vinct à s’eschauffer la bile au faict que luy, Jaluc, estant néz à Chinon, avoit, suivanct en cecy ce qu’on luy avaict rapporté de la philosophie d’Aristoteles, des droycts desfinitifs au siège mayoral d’icelle Cité, contre les pretenctions d’iceux qu’y poinct n’en étaient nézs nactifs.

En vinct ainsi s’eschauffant à ismaginer sure manyere de reconnaîstre, dans le seing de la chinonaise populasce, les Chinonais de soulche des estrangers qui ne l’estoient poinct, trouvant leurs origisnes, soict par leurs parencts, soict par leurs grands-parencts, soict par leurs aïeux, bisaïeux, trisaïeux, ascendants, antécesdants ou rétrocesdants, à la prime, seconde, terce, quarte, quinte ou sexte generaction, par mayn droite tant que par mayn gauche, à la mode de Bretaigne tant qu’à celle de Barband, par agnatycque ou cognatycque lygnage, fuers sa Ville y fuers conçepits, tanct par l’avant que par l’arrière, bastards ou lesgitimes, soict en Gaule Narbonicque, Provence, Allobroges, Bretaigne, Normandie, Flandres, Haynault, Artoys, Hollande, Selande, Champaigne, Louraine, Savoye, iusques à Lyon, voire mesmes Genes, Florence, Lucques, Maiorque, Sardaine, Corsicque, Naples, Calabre, Apoulle et Sicile & aultres isles de la mer Ligusticque & Baleare juscques aux royaulmes de Tunix, de Hippes, Prussie, Polonie, Lithuanie, Russie, Valaschie, Transsylvane, & Hongrie, Bulgarie, Turquie, Barbarie, Carie, Lycie, Pamphilie, Cilicie, Lydie, Phrygie, Mysie, Betune, Charazie, Satalie, Palestine, les deux Armenies, & les troys Arabies, en Affricque tanct qu’en Soueve, Witemberg, Bavières, Austriche, Moravie & Stirie, Escosse, Angleterre, & Irlande, Norvverge, Svveden, Richz, Dace, Gotthic, Eugroneland, Estrelins et iusques à la Mer Glaciale.

Et poursuyvanct sa pensée vinct à s’esmouvoir que, au plus presz de luy, alcuns de ses compaignons confesçayent n’estre poynct tostalement nézs nactifs de Chinon, l’un ayanct sa mère de la Roche-Clermault, l’autre son père de Cynais, le troysiesme un aïeul de Lerné, le quattriesme un ancestre de Tours, le cinquiesme estant de père incosnu et de mère trop byen cosnue, le sixiesme néz de la dernière pluye, le septiesme descendu de la Lune, le huyctiesme pondu de la veille, le nonièmme trouvé dans un tour, le dixiesme chyé dans la nuyct et le onziesme nyé par ses parencts.

Voyanct alors qu’il luy étaict impossible de preuver sans aulcun doute par les voyes tant généalogycques que gynécologicques la pure chinonaise orisgine de ses compaignons et en étanct venu subictement à doubter de la sienne propre, Jaluc escogitat alors une espreuve tant ardue que seul un Chinonais de soulche seroyt en mesure d’en relever le défy et descyda scéance tesnante que ne pouvoient estre Chinonais que ceux qui pourrayent citer sans faulte le nom de vingt rues sises en la ville.

Et qu’adoncques, peu importaict que les candidats qui postuloient contre luy à l’eschevinasge soient maygres ou gras, longs ou brefs, folzs ou sages, avares ou prodisgues, avisés, crestins, illestrés, scavants, saincts, ladres, fripons ou dévosts, qu’ils aient teste bien faicte ou cervelle gasteuse, qu’ils aient voix grave ou gresle, qu’ils en usent pour discourir de bon sens ou pour babiller des fariboles, nul d’entre eux ne pouvaict prétendre à lui contester l’eschevinast qui ne soit poinct à mesme de donner, à l’improviste et sur un pied, le nom de vingt rues sises en la ville, et qu’aucun de ceux qui étaient entrés en lice pour à luy contester le siège mayoral n’étant capable, disoit-il, d’en citer cinq de rang, il n’y en restoit qu’un, à scavoir luy Jaluc, néz nactif de Chinon, qui soit adoncques, par nature, pasture et culture, de par sa connoissance profonde du toponysme des sentes, des chemins, des rues, ruelles, impasses, voies, carrefours, chaussées et carrois, adestiné à y occuper la plus hauste des magistratures et à poser son auguste scéant sur le siège mayoral de la Ville.

Ce qu’entendant de par la Cité où il se plaisoyt à répéter ces fadayses, les habitancts à luy demandèrent s’il n’avoyt poinct, pour prestendre régner sur le Pays pendanct encore six longues années, soyt une idée novelle, soyt un descompte de ce qu’il avoyt faict pour eux duranct les six années passées, il ne puct en aligner deux de rang. De ce momenst, les Chinonais luy répondoient en dérision, alors qu’ils l’entendoient, pour sa lettre de créances, recister le nom des rues de la ville, qu’ils avoient syfaict bien besoin, en matière d’éschevin, d’un qui sasche se tenir droyct sur le siège mayoral, et non poinct d’un qui sache où trouver la rue du Pot de chambre.”